MONEY THREE !

25- tu n’as pas d’argent. Tu en souffres. Certains jours tu te sens hors du monde, débranché, déconnecté. Tu n’as pas d’argent, ou tellement peu. Mais ce peu, ce minimum vital, d’une vie qui n’est peut-être qu’une mort différée, ce n’est pas ça qu’on appelle l’argent. L’argent c’est autre chose. L’argent c’est ce qu’on jette sur la table avec satisfaction et dédain. L’argent c’est ce qui vous donne le droit d’acheter le travail et le travailleur. L’argent ne compte pas. Ne se compte pas. Tu as tellement peu d’argent [quand même, il te reste parfois de quoi acheter des croissants le matin, ou de quoi boire un café, ou même d’aller de temps en temps au cinéma, mais en général tu préfères les séances gratuites, les concerts, les conférences, les lectures] tellement peu que parfois tu sens monter l’angoisse d’être inadéquat, de n’avoir pas su, de n’avoir pas pu appartenir à ce monde-là. Tu n’as pas d’argent et tu sais te faire une philosophie a bon compte : l’argent ne fait pas le bonheur, ou bien un peu plus sophistiquée : l’argent n’est rien, juste une invention, une folie humaine de plus, la folie humaine par excellence, une illusion. Parfois cependant, en dépit de ces pauvres défenses, le doute te tord les boyaux et tu souffres. Tu sens que l’argent est tout et tu es exclu de ce tout. Que l’argent est le langage universel et que sans argent c’est comme si tu étais muet ou si tu ne connaissais pas la langue du pays. L’argent est le seul vrai mode de communication. Le seul lien entre les hommes. Et le sexe ? Et le sexe ! L’argent et le sexe. L’argent est la sexualité des temps post-modernes. Tu n’as pas d’argent alors tu te venges en tentant, oh combien vainement, de réduire à néant l’illusion de l’argent.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *