DE L’ORGANISATION (254 eme jour) 7eme mois – (extrait)

 

 

 

Vincent, [26 oct. 2016 13:44]:    ‘Ne rien attendre des organisations.

Se défier de tous les milieux existants, et d’abord d’en devenir un’

‘Il n’est pas rare que l’on croise, dans le cours d’une désaffiliation conséquente, les organisations – politiques, syndicales, humanitaires, associatives, etc. Il arrive même que l’on y croise quelques êtres sincères mais désespérés, ou enthousiastes mais roublards.

L’attrait des organisations tient dans leur consistance apparente – elles ont une histoire, un siège, un nom, des moyens, un chef, une stratégie et un discours. Elles n’en restent pas moins des architectures vides, que peine à peupler le respect dû à leurs origines héroïques.

En toute chose comme en chacun de leurs échelons, c’est d’abord de leur survie en tant qu’organisations qu’elles s’occupent, et de rien d’autre.’

Pierre  [26 oct. 2016 13:45]:     Tiens ça me rappelle nuit debout

Vincent, [26 oct. 2016 13:45]:   CA ALORS !!!

Pierre [26 oct. 2016 13:47]:    Ouais j ai l impression qu’ on se soucie bcp de la préservation de notre organisation

Vincent, [26 oct. 2016 13:48]:    ‘Un mouvement révolutionnaire ne se répand pas par la contamination, mais par résonance. Quelque chose qui se constitue ici résonne avec l’onde de choc émise par quelque chose qui s’est constitué là-bas. Le corps qui résonne le fait selon son mode propre. Une insurrection n’est pas comme l’extension d’une peste ou d’un feu de forêt — un processus linéaire, qui s’étendrait de proche à proche, à partir d’une étincelle initiale. C’est plutôt quelque chose qui prend corps comme une musique, et dont les foyers, même dispersés dans le temps et dans l’espace, parviennent à imposer le rythme de leur vibration propre. À prendre toujours plus d’épaisseur. Au point que tout retour à la normale ne puisse être désirable, ou même envisageable.’

Pierre, [26 oct. 2016 13:49]:    Word up

Vincent, [26 oct. 2016 13:49]:    ‘Les Organisations sont un obstacle au fait de s’organiser.’

Pierre, [26 oct. 2016 13:50]:    Pamieu

Vincent, [26 oct. 2016 13:50]:    ‘ En vérité, il n’y a pas d’écart entre ce que nous sommes, ce que nous faisons et ce que nous devenons. Les organisations — politiques ou syndicales, fascistes ou anarchistes — commencent toujours par séparer pratiquement ces aspects de l’existence. Elles ont ensuite beau jeu de présenter leur formalisme stupide comme le seul remède à cette séparation. S’organiser ce n’est pas donner une structure à l’impuissance. C’est avant tout nouer des liens, des liens qui ne sont pas neutres, des liens terriblement orientés. Le degré d’organisation se mesure à l’intensité du partage, matériel et spirituel.’

‘D’ores et déjà, donc : ’s’organiser matériellement pour subsister, s’organiser matériellement pour attaquer’ . ‘

‘Au moment où des milliers de jeunes gens prennent à cœur de déserter et de saboter ce monde, il faut être stupide comme un flic pour y chercher une cellule financière, un chef, ou une insouciance.’

‘La tradition voudrait que tout commence par un ‘mouvement social’. Surtout au moment où la gauche, ne finissant plus de se décomposer, cherche benoîtement à se refaire une crédibilité dans la rue.’

‘À condition de savoir s’y mouvoir, l’absence de schéma n’est pas un obstacle mais une chance. C’est, pour les insurgés, le seul espace qui puisse leur garantir l’essentiel : garder l’initiative.’

‘Penser, attaquer, construire – telle est la ligne fabuleuse.’

‘Ceux qui ne veulent pas comprendre n’obtiendront de nous aucune explication.’

‘En tant que non-classe, le prolétariat ne s’oppose pas à la bourgeoisie, mais à la petite-bourgeoisie. Tandis que le petit-bourgeois croit pouvoir tirer son épingle du jeu social, est persuadé qu’il finira bien par s’en sortirindividuellement, le prolétaire sait que son propre destin est suspendu à sa coopération avec les siens, qu’il a besoin d’eux pour persister dans l’être, bref : que son existence individuelle est d’emblée collective. En d’autres termes : le prolétaire est celui qui s’éprouve comme forme-de-vie. Il est communiste, ou n’est rien.’

Emmanuel, [26 oct. 2016 14:08]:    C’est fascinant comme chaque génération peut réinventer le catéchisme révolutionnaire. Est-ce que vous pouvez arrêter le flooding SVP ? Ou est-ce que je dois ouvrir un fil « catoche » ?

Gaëlle, [26 oct. 2016 14:08]:    C’est fini la conscience de classe

Vincent, [26 oct. 2016 14:09]:    fou était moi – tout le monde n’a pas ta culture emmanuel

Nicolas, [26 oct. 2016 14:11]:    (Ici on a kiffé. Tarnac nop?)

Vincent, [26 oct. 2016 14:12]:    comité invisible, tiqqun etc

je me doute que tu kiffes ça, ultra gauchiste va

Mathieu, [26 oct. 2016 14:14]:    Charmant catéchisme

Vincent, [26 oct. 2016 14:14]:    amen

Pierre, [26 oct. 2016 14:14]:    Moi je trouve ça important. Ça milite pour la façon dont je vois les choses par rapport à la newsletter par exemple. Pour contrer l argument « on trie ce qui est nd et ce qui ne l’est pas »

Vincent, [26 oct. 2016 14:15]:    la production d’une newsletter va légèrement à l’encontre de certains points de cet évangile…

Nicolas, [26 oct. 2016 14:16]:    Là c’est taquin pas tiqqun ☺️

Gaëlle, [26 oct. 2016 14:16]:    Depuis qu’on n’occupe plus la place tous les jours, y’a plus de centralité, le tri est inutile ND ne puise que ailleurs que dans ND

Vincent, [26 oct. 2016 14:16]:    olivier va parler de CR je parie

Pierre, [26 oct. 2016 14:17]:    Ça dépend comment x est fait

Olivier, [26 oct. 2016 14:17]:    J’ai trouvé plein de bons trucs dans l’insurrection qui vient et à nos amis, mais ce procès fait à l’organisation m’a laissé un peu sur ma faim. Le contre-modele c’est quoi ? Si chacun se referme sur ses affinités, comment ça marche ?

(non je suis pas le stalinien ultraformalisateur que vous imaginez)

Pierre, [26 oct. 2016 14:17]:    Merci

Antoine, [26 oct. 2016 14:18]:    retour à la vie tribale  ouéé

Vincent, [26 oct. 2016 14:18]:    ils rejettent l’organisation et consacre un chapitre à s’organiser

Gaëlle, [26 oct. 2016 14:18]:    Ouais c’était très pourfendeur de portes ouvertes :/ sorry

Vincent, [26 oct. 2016 14:19]:    encore une fois, tout le monde n’a pas le même bagage… alors peut être effectivement ici ça ne sert à rien, mais nos impuissances ne devraient elles pas nous pousser à nous ouvrir plutôt que d’attendre d’avoir la solution contre les portes qui restent fermées ?

(solution qu’on connait, cela dit… copie des clefs, pied de biche, ou passage par la fenêtre)

Sebastien, [26 oct. 2016 14:22]:    Le contre modèle ca serait pas simplement de ne pas en avoir et apprendre à improviser ? On a tous les outils pour improviser en toute conscience de l’environnement, du social etc….

tk 🦊, [26 oct. 2016 14:24]:    Direct le point Maffesoli

Alexandre, [26 oct. 2016 14:48]:    C’est beau ce que tu écris Vincent 😍 S’organiser pour ne plus devoir travailler, nuance

Emmanuel, [26 oct. 2016 15:23]:    Ça milite pour rien du tout. Abandonce facile de renversements purement verbaux d’oppositions purement spéculatives.. C’est très certainement rassurant voire « charmant »  si on a besoin de croire que la maîtrise du monde social peut se réduire à sa maîtrise symbolique et celle ci à la manipulation de quelques oppositions « élémentaires ». Non seulement ça ne touche à aucune structure de pouvoir effective (pour faire un mouvement « grassroot »  il faut réellement produire des techniques, des outils, du capital faible, faiblement capitalistique, pas seulement des phrases sur « l’organisation »  qui ne sont que des variations chères aux lettrés ambitieux de tous les temps – en Chine, on le trouve aussi bien sous la plume de Mao que des mandarins qu’il a renversé – de la supériorité de la virtuosité des virtuoses sur la technique des laborieux et son terrible défaut d’être objectivée et non incorporée et donc matériellement appropriable, là où l’expérience de l’enseignement et de la culture de masse, des révolutions contemporaines, scientifiques et politiques aussi bien qu’artistique, c’est qu’on ne se passe pas de « schémas »  et que les schémas explicites et collectivement élaborés, type « programme »  ou « école » valent quand même mieux que les schémas implicitent qui renvoient tout un chacun à sa place dans la division du travail et à la part d’ « autonomie »  qui lui est imparti), mais elles ne font que ressusciter les hiérarchies les plus archaïques (le mage, ça ne me semble pas un modèle politique, ça suppose cette rémission de soi et tous ces implicites qu’un truc comme Nuit Debout était plutôt fait pour détruire). Bref, que les enchanteurs et autres apprenti sorciers continuent à s’enchanter, ça continuera à s’opposer « en dessous ».

Emmanuel, [26 oct. 2016 15:28 (26/10/2016 15:29)]:    Pour exorciser le catéchisme, je me permets de citer les grands docteurs de mon école. Ici je pointe l’article « La bergère au Goulag »,  à partir de la p.96. En particulier ce passage qui énonçait un programme de travail auquel on a hélas bien vite renoncé dans l’intelligentsia et les partis de gauche pour se réfugier dans de nouvelles « bergeries de l’être » où toutes les divisions sont magiquement suspendues ou annulées: « Nécessité de tenir ensemble les deux affirmations : qu’il n’y a jamais en dernière instance d’autre alternative que d’obéir ou de résister au pouvoir – dans la figure concrète qu’il prend en chaque circonstance ; mais aussi que partout la lutte se mène pouvoir contre pouvoir ; il n’y a pas de bon instrument, d’appareil qui serait le bon pouvoir, le pouvoir des prolétaires ou de la plèbe ; il n’y a pas davantage d’instance du non-pouvoir. C’est dire aussi que la résistance est toujours divisée. La résistance ouvrière s’est constituée hier en défendant contre les réglementations étatiques  ou le marché capitaliste ses propres formes d’oppression (contre les femmes ou les apprentis) ; le mouvement féministe fait aujourd’hui progresser la résistance en ne craignant pas de « diviser les travailleurs » ou de s’en prendre à leur « misère sexuelle ». Constamment la résistance doit user de pouvoirs existants pour en démonter d’autres, constituer des formes de pouvoir pour lutter contre l’oppression. Aujourd’hui encore, il se pose pour chaque forme de contestation, par delà les bergeries du non-pouvoir,la question de ce qu’elle veut quand au pouvoir. Derrière l’anti-jacobinisme proclamé des mouvements nationalitaires se pose la question de savoir ce qu’implique la revendication d’une culture, d’une mémoire, d’une communauté : s’agit-il de diviser le pouvoir ou de le multiplier ? Mêmes questions qui se posent aux mouvements des femmes dans les pratiques où ils se trouvent engagés, par delà les traductions littéraires qui voudraient faire jouer à la féminité la figure pure du non-pouvoir. »

Nicolas [26 oct. 2016 15:50]:    Pendant ce temps devant l’assemblee nationale… https://www.periscope.tv/w/at9acTFKUkttblZ3a3hqUHl8MU1ueG5Yakxtd0VHT5ll5_n-G-CR7s1QP2sRABustiY_rNsDYRwlws3UIH22

Emmanuel, [26 oct. 2016 16:15]:    Mon objection contre le catéchisme n’est pas que c’est un dispositif qui s’adresse aux non-initiés mais qu’elle est bien fait pour qu’ils ne franchissent jamais les barrières de l’initiation tout en leur donnant l’impression sourde que ce n’est pas vraiment utile puisque de grands mystères ont été dévoilés devant eux par des gens dévoués. Et c’est justement parce que je fais partie des escrocs… Euh prestidigitateurs qui sont préposés à produire ce genre de prestige et que je considère que « tout le monde n’aura pas cette chance »  que je me permets de protester (pour mon monde qui effectivement n’aura jamais cette chance, hors dispositif de crise comme « Nuit Debout »).

Alexandre, [26 oct. 2016 16:25]:    Est-ce qu’on peut faire une explication de texte svp ?   Tu veux dire qu’on doit dépasser le stade « conceptuel » qui est très séduisant mais ne pose pas les questions de l’organisation de la société ?

Vincent, [26 oct. 2016 16:32]:    C’est très intéressant, et chuis ben content d’avoir cité certains escrocs pour pousser un autre à se démasquer et l’obliger à me faire un nouveau tour. N’oublions pas que ce qui (nous) est évident ne l’est pas pour tout le monde.

Mathieu, [26 oct. 2016 16:35]:    👌

Pierre, [26 oct. 2016 16:53]:    Pourtant ça ne parle pas de rien. Et ils ne viennent pas de nulle part pour en avoir fréquenté quelques-uns à la veille époque. Je trouve qu’ il y a du juste suite à mon expérience de nuit debout . Et je vois d’ un mauvais tour ce qui serait un formalisme orchestré par les premiers servis, les plus actifs…

Olivier, [26 oct. 2016 17:31]:    J’ai pas compris, c’est qui les escrocs ?

Sebastien, [26 oct. 2016 17:34]:    Moi non plus…  ce sont ceux qui ecrivent ce genre de texte (universitaire, mao, … ) ?

Alexandre, [26 oct. 2016 17:50]:    Les philosophes

Emmanuel, [26 oct. 2016 21:33]:    Mais j’espère bien que les *fausses évidences * du dernier cri de la Critique Critique ne sont pas évidentes pour tout le monde. Par exemple: « En vérité, il n’y a pas d’écart entre ce que nous sommes, ce que nous faisons et ce…       – – – – – –

——-

——–

——

4 commentaires

  1. si on veut jeter l’organisation
    ce n’est pas parce que c’est une coquille vide
    c’est seulement parce qu’on est incapable de lutter contre l’organisation immense qui tient le monde, ou plutôt de lutter pour la battre
    et notre rejet de l’organisation consiste avant tout à accepter cette organisation immense
    laissant les rênes, la marche du monde à cette organisation du monde, qui tient notre survie, nos transports, nos communications
    nous pouvons aller en troupeaux désorganisés, nous rencontrer, nous séparer, sans nous soucier jamais de la tenue du monde qui tient sur des fondations ancrées au plus profond
    voilà ce que je crois de ce rejet de l’organisation, tellement lyrique et qu’on confond fâcheusement avec la poésie
    point

  2. un jour une amie a pointé deux mots
    ou plutôt leur distinction:
    organisation et fonctionnement
    on fonctionne
    et
    on s’organise
    on peut organiser le fonctionnement et puis fonctionner et puis réorganiser parce que fonction et organe s’assemblent souvent mal et que le fonctionnement entraîne souvent une organisation
    fonctionner peut être terrible mais c’est aussi souhaitable
    maintenir le chaos en nos seins arrange bien les milices armées
    c’est seulement la vie qui veut/doit fonctionner
    et nous avons besoin de jardins potagers
    – ça prend du temps.
    il y a des outils, il y a des professionnels de outils qui ne vivent que par les outils et qu’il faut contenir dans leur rôle d’esclaves, et puis il y a l’outil qui est sorti sans en attendre le bonheur, la reconnaissance ou la révolution, juste parce que là maintenant il pourrait être… utile, approprié disons
    les outils, ce n’est pas un mode d’emploi
    bref, on devient forgeron en forgeant
    et on ne forge plus une fois forgeron
    multiplicité des outils, des tactiques, et tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *