Bilan actuel et perspectives de l’expérience « Nuit Debout Nice »

 

Le mouvement Nuit Debout a surgi en France pour « s’opposer (de manière citoyenne) à la loi travail et à son monde ». La loi travail est passée, de manière – une fois de plus – totalement anti-démocratique. Son monde est par contre toujours là, mais empiré. Il n’est donc nulle raison d’arrêter le mouvement, si ce n’est un découragement, un sentiment d’impuissance et une immaturité politiques qui font craindre (à tort !) à beaucoup de personnes le ridicule de ne plus être une « foule puissante ». A Nuit Debout Nice nous pensons qu’il faut continuer d’endosser ce qui est une « traversée du désert » (populaire et médiatique), traversée qui est souvent une condition, requérant le courage de croire à l’action guidée par une idée, du succès « politique » (au sens noble) à long terme. A Nice le mouvement est parti très fort (le 8 avril 2016), puis les effectifs (d’environ 700 personnes le premier soir) se sont réduits progressivement. Mais celles et ceux qui restent – depuis plus de 6 mois ! – sont déterminé(e)s à continuer l’expérience : à Nice elle est très singulière, puisque c’est probablement la seule ville de France où le mouvement occupe la place publique, sans murs et sans toit, tous les soirs sans exception. Le but politique à long terme est double : (1) servir de point de ralliement aux citoyennes et citoyens de bonne volonté qui voudraient se fédérer, se nourrissant de leurs différences (qui de clivantes devront devenir source de force théorique raisonnée), pour changer la marche catastrophique actuelle du monde ; (2) expérimenter, quotidiennement, des manières citoyennes de lutte et de construction. Le premier objectif tarde à se réaliser, la rentrée n’est pas encore au rendez-vous ; le second se peaufine par contre soir après soir, par des ateliers thématiques (droit, politique, économie, écologie, féminisme / migrants, numérique / technologie) ouverts à toutes et à tous, sur la place publique, où les discussions altermondialistes sont structurées selon un agenda raisonné et récurrent qui permet de placer la barre théorique (et un jour : pratique) très haut. Ce qui nous donne le courage de continuer, malgré la difficulté de l’esseulement (et donc de la fatigue), c’est entre autre l’idée que quand bien même la reprise du mouvement n’aurait finalement jamais lieu, notre expérience à Nice aurait néanmoins valeur de prototype pour des mouvements sociaux futurs. Au niveau des buts politiques à court terme, à Nuit Debout Nice nous en voyons actuellement deux : (i) tenir la place Garibaldi, chaque soir (de manière visible et ouverte aux rencontres), l’automne et l’hiver ; (ii) et puisque la jeunesse (qui devrait être la première concernée) ne vient pour l’heure pas ou plus au mouvement, aller nous vers elle (tout d’abord au niveau des universités, plus tard des banlieues et des lycées) pour la sensibiliser en la séduisant au niveau théorique (par des expériences de débat en plein jour en face des universités encore à inventer), exportant là-bas le fruit des débats théoriques de haut niveau faits sur la place.

Alessio, avec Betty, Christian, Florence, Hervé, Matthieu, Roman … (NDN)

21 octobre tract Nuit Debout Nice_REVU

Post Scriptum: ce texte est la version écrite de l’intervention improvisée oralement le 235 mars 2016 à Nuit Debout Nice, place Garibaldi, lors d’une soirée spéciale « Convergence des luttes » (que syndicats, associations et partis nous ont demandé d’organiser), où 8 autres personnes, mandatées par des syndicats/associations/partis politiques, ont également tenu un discours (centré sur la loi travail et son monde) pour faire ensemble – en dialogue avec les citoyen(ne)s présent(e)s – un état des lieux de la situation et envisager la suite à donner à notre périlleuse mais nécessaire aventure commune.

GarRi_Laurent

Huit des neufs textes ont été publiés dans le journal hebdomadaire de Nuit Debout Nice, le GarRi la nuit n. 242 (le neuvième sera publié ultérieurement). Le mardi 253 mars 2016 (alias le 8 novembre 2016 de l’ancienne ère) nous allons fêter 7 mois d’occupation quotidienne  ininterrompue de la place Garibaldi …

Courage à tou(te)s!

2 commentaires

  1. Un Grand merci spécialement à vous Citoyens et Citoyennes de Nuit Debout Nice … Vous avez été je l’avoue pour moi un phare de résistance, d’exemple, de motivation et d’exemple pour notre Mouvement Citoyen Nuit Debout surtout dans notre belle région qui pour mon sentiment personnel est resté bien calme par rapport aux enjeux de cette maudite loi Travail et surtout par rapport aux Mouvements fait dans les autres Régions de France ( cela doit êtres sans doute venir de notre climat si doux et agréable … 😉 … Que les préoccupations Citoyennes ne sont pas ressenti de la même façon … enfin cela est mon humble avis … 😉 ) … Bon tout ça pour vous dire un Grand, Grand Merci à Tous les participants, acteurs de Nuit Debout Nice … Le combat continu … On lâche rien … Bon courage à Tous et Mille pensées de la part d’un NuitDeboutiste Membre du Mouvement Nuit Debout Hyères Les Palmiers …. Ainsi que Nuit Debout Toulon .. Enfin de Nuit Debout France et Navarre … Bises à Tous … 😉 ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *