TOUJOURS DEBOUT

J’ecrivais dans un commentaire sur la possible fin de NUIT DEBOUT :

C’est un bon débat, je trouve…
C’est vrai qu’on se demande tous, que faire de Nuit Debout ?
L’enterrer? L’exploser? S’accrocher? L’oublier?
Toutes les options sont bonnes sans doute… a condition de ne pas sombrer dans la déprime!

La solution… c’est peut etre tout simplement d’oublier le « NUIT » !

pourquoi pas DEBOUT ?

ou bien TOUJOURS DEBOUT ?

Ce qui importe now c’est de toujours développer le réseau de tous ceux qui sont… DEBOUT…

5 commentaires

  1. A Nice (favorisé(e)s, certes, par les conditions climatiques, plus clémentes qu’ailleurs – mais on se les caille quand-même!) Nuit Debout reste Nuit Debout: nous nous réunissons chaque soir ( = il fait noir, dès gens vont se coucher ou se préparent à y aller) et nous sommes « debout » politiquement (et philosophiquement, et existentiellement, et symboliquement…). Pour nous c’est exaltant (là où tout le monde croit que notre petit nombre est source pour nous de déprime – méprise totale!!!), car nous sommes obligé(e)s d’inventer constamment de nouvelles choses. Là nous travaillons d’arrâche-pied à l’idée de maison d’édition (qui gagnerait à se faire en collaboration avec d’autres ND, comme nous nous l’étions dit, NG et Rémi), nous sommes en train d’écrire des livres à l’intention des militant(e)s et des jeunes (sur les migrants, sur le féminisme, sur Badiou, sur Stiegler…). Je persiste à penser, avec les ami(e)s de la place Garibaldi, que briser le fil de ND (pour nous: briser le fil de l’occupation visible de la place Garibaldi) serait une perte incalculable, malgré le fait invoqué par tou(te)s et partout que « le réseau ND de toute façon continue sa vie de rhizome imprévisible et joyeusement créatif ». Ce serait plonger à nouveau dans la dangereuse passivité pseudo-révolutionnaire du « quand est-ce qu’un truc de masse palpitant va surgir, pour qu’on y adhère vite? ». Derechef: comment croire sérieusement être capables de changer le monde radicalement (changer le monde radicalement!!!) si l’on n’est même pas capable de s’arracher à son confort domestique (télévisuel et/ou informatique et/ou mondain et/ou …) pour faire vivre cette utopie réalisée, microscopique certes mais – putain de Dieu – hautement signifiante pour tous les gens qui passent et qui vous voient et s’intérrogent, d’un lieu publique réapproprié par des citoyen(ne)s libres sans aucune interruption assignable?

  2. Nuit Debout, il faut juste le radicaliser, en termes d’invention. En en regardant l’idée suffisamment longtemps pour qu’elle vous immunise de la perception du « nombre » (ou de son manque). Le nombre (de participants), posé en transcendantal de la militance douée de sens, est une drogue erronée, c’est-à-dire avilissante. C’est aussi de cette drogue anti-stimulante là qu’il faut se déprendre (chercher une drogue « exacte »). Il nous faut une phénoménologie du nombre. Se déprendre de la folle attente du nombre et se shooter, à la place, à l’Idée (qui de Nombres regorge…). Le point d’Archimède dont nos leviers d’aspirant(e)s titan(e)s ont besoin existe – ô lecteurs égarés de néo-spinozismes en tous genres, vive Spinoza! – ce point est le « corps »: instrumentaliser son propre corps (le soumettant AVEC CRUAUTÉ MÉTHODIQUE à une stratégie implacable de risque du ridicule, de ratage de vie, de danger, voire – ô blasphème suprême! – d’inconfort…) pour faire ÉMERGER, par frottement étincelant de la vie à ce corps, qui peut et doit brûler, un incalculable et pourtant « logique » corps collectif. Relire Badiou, d’urgence. Ou à défaut (mais quel défaut alors!), lire le dernier Lordon (qui n’est pas Badiou), il semble arriver en partie à cette Idée, que nous recherchons et qui existe

  3. hello Les guys !
    je découvre votre conversation et suis ravie que Art debout se développe tout seul !
    Cette aprem je suis passée voir Youlie qui faisait un atelier avec Coco JM et Erwan au local de Attac – Ils critiquaient un film sur Nuit debout qui est passe sur TV5 je crois cette semaine – Coco a alors dit pas mal de choses sur Nuit debout , j ai retenu :
    – Nuit debout n’ appartient a personne
    – Personne ne peut en mesurer l impact
    – Nuit debout ce sont des milliers de personnes qui ont une expérience differente de ND

    On pourrait donc en déduire que personne ne peut en décider l avenir 🙂
    ni la mort ni la vie ni le futur etc de ND–ce qui fait pas mal de questions en moins
    Elle a aussi dit qu elle était dans le groupe de départ que ce groupe ne se réunit plus – qu on leur a dit très vite a repu qu ils n étaient pas spécialement légitime a représenter ND – dans ce groupe de départ Lordon n était pas encore la —
    Elle a dit que l origine de Nuit debout c est quelqu un qui a dit a la table : On ne rentre pas chez nous on fait la NUIT DEBOUT —
    dans le film ils disent que c est une citation de la Boetie —‘ils ne sont DEBOUT que parce que nous sommes a GENOUX’

    – a par ça je suis ok avec Alessio que On est bien sur une place en plein air avec des gens et le froid ! plutôt que chacun derrière son ordi sur Telegram ! Hier je suis passée a République par -4 j étais trop heureuse de voir que ça VIVAIT ! plein de gens faisaient la cuisine – Orchestre légumes-! Alan disait des poèmes Adele peignait — j ai filme je vais monter ça !

    Personnellement je me fous du nombre ! je suis artiste j ai l habitude de travailler avec un public restreint et quand il y a beaucoup de gens c’est juste une expérience differente – ça n est pas mieux ou plus mal – je trouve que souvent les activistes focalisent sur le nombre de gens qui ont regardes une video ou le nombre de gens qu on va pouvoir toucher pour telle ou telle action – ils mettent toujours un objectif en nombre de personnes –Personnellemen je défends le fait que si telle action est importante pour soi on doit la faire – c est ça la logique – au besoin on le fait seul— on a parle de ça aussi cette aprem !

    a par ça C est le moment de se voir tous les trois pour les éditions ! Remi arrive de HK il est dans l avion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *