Voter un jour, démissionner 5 ans !

POUR UN BOYCOTT ACTIF !

Je copie ici deux extraits de deux appels au boycott ‘actif’ de l’élection présidentielle émanant tous deux (je crois) des déserteurs actifs. Je vois dans cette proposition la seule voie de sortie a l’impuissance politique dans laquelle nous nous enfonçons un peu plus, à chaque élection !

premier extrait
http://les-deserteurs-actifs.over-blog.com/2017/02/pour-un-boycott-actif-de-l-election-presidentielle.html

L’impasse actuelle rend opportune une remise en cause du système politique – ou antipolitique – existant. Il faut lancer, non pas une « primaire » ou une quelconque danse pour faire tomber la pluie, mais une campagne de boycott de l’élection présidentielle pour délégitimer la structure actuelle de pouvoir. Mais pour, du même coup, redonner un sens à la souveraineté populaire, il faut aussi que ce boycott ne se limite pas à l’abstention ou au vote blanc, mais débouche sur une intervention démocratique positive, que, par exemple, les partisans du boycott se regroupent pour mener une « campagne » active, mais aussi pour débattre non pas du choix d’un individu qui irait exercer le pouvoir à notre place, mais des transformations de l’organisation politique et sociale qui redonneraient à chacun d’entre nous les moyens d’une existence décente et une prise sur notre destin collectif.

second extrait trouvé ici:
http://les-deserteurs-actifs.over-blog.com/2017/03/de-l-isoloir-a-l-isolement.html

Ignorés et trompés pendant la durée d’une mandature, les électeurs sont appelés par les dirigeants politiques professionnels à venir s’isoler dans les bureaux de vote à l’occasion des élections présidentielles et législatives. Ils passent ainsi de l’isolement à l’isoloir avant d’être renvoyés à l’anonymat post-électoral. Ils n’auront alors pratiquement plus aucune possibilité d’infléchir et de contrôler l’action politique si celle-ci ne correspond ni aux engagements pris avant l’élection ni à leurs attentes. Le bulletin de vote devient un faire-part de décès de la responsabilité individuelle et collective.
[…]

C’est pourquoi nous pensons que l’abstention ne doit pas rester passive qu’elle doit être un acte politique assumé, une expérience collective et publique, un boycott actif pour qu’ainsi naisse un nouveau rapport à la politique qui ne soit pas confisqué par des partis, par des professionnels, mais qui soit l’affaire de chacun et de tous.

Boycotter c’est délégitimer les élus et les experts, ne plus donner sa voix mais reprendre partout la parole et en particulier lorsque s’élèvent des résistances à la précarité programmée et à l’isolement, car les mouvements de résistance collective sont les seuls moments où les sirènes du FN se taisent.

Reste à savoir (à inventer) comment transformer l’abstention individuelle en boycott collectif ?

Mettre en place un systeme de vote ou de non-vote parallele ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *