All watched over by machines of loving grace

I like to think (and

the sooner the better!)

of a cybernetic meadow

where mammals and computers

live together in mutually

programming harmony

like pure water

touching clear sky. 



I like to think

(right now, please!)

of a cybernetic forest

filled with pines and electronics

where deer stroll peacefully

past computers

as if they were flowers

with spinning blossoms. 



I like to think

(it has to be!)

of a cybernetic ecology

where we are free of our labors

and joined back to nature,

returned to our mammal

brothers and sisters,

and all watched over

by machines of loving grace.

Richard Brautigan, 1967

1 commentaire

  1. Débats sans fins sur la toile pour savoir si Brautigan était sérieux (et naïf) ou anti-techno et ironique….
    Comme si la poésie devait ou pouvait entrer dans ces misérables catégories !
    Brautigan a mis fin a ses jours à 49 ans.
    Son livre ‘Trout fishing in America’ a connu un immense succès… pour de mauvaises raisons. La longue et vertigineuse chute qui a suivie… a eu sa peau. Il reste finalement parmi les très grands, cette fois pour les bonnes.
    Il avait écrit,
    Tout homme à une place dans l’histoire.
    La mienne c’est les nuages.
    Jim Harrison doutait si Brautigan était un « écrivain poussé au suicide ou un suicidaire devenu écrivain ?
    Est-ce que ça change quelque chose, Jim ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *